Vīrabhadrāsana II – Guerrier II

Nom français : Guerrier II
English name: Warrior II

Vīrabhadra = un guerrier de la mythologie hindoue

L’histoire de Vīrabhadra

Avant que Shiva ne soit “domestiqué” et transformé d’ermite en chef de famille par la déesse Parvati, princesse des montagnes, Shiva était marié à Sati. Sati avait choisi Shiva comme mari contre la volonté de Daksha, son père. Prêtre puritain qui accomplissait des rituels, Daksha estimait que Shiva était un mari indigne pour sa fille parce qu’il n’accomplissait aucun rituel ni n’avait de vocation ou de biens, et parce qu’il parcourait le monde comme un vagabond, en compagnie de fantômes, de gobelins. et les chiens, le rendant de mauvais augure. Lorsque Sati choisit d’épouser Shiva contre son gré, Daksha, furieux, organisa un yagna et invita tous les dieux à recevoir les offrandes, à l’exception de Shiva. Cela mit Sati en colère, et elle entra dans la pièce où avaient lieu les sacrifices de son père et s’offrit en sacrifice dans le grand feu. Malgré cela, Daksha resta insensible à la mort de sa fille et poursuivi le rituel d’un air impassible.

Lorsque Shiva apprit la nouvelle de la mort de Sati, il devint si furieux qu’il se transforma en Virabhadra, le guerrier. Virabhadra marcha avec une armée de fantômes et de gobelins dans la salle des rituels de Daksha, brisa les pots, brûla les tapisseries et détruisit tous les objets du rituel. Puis il décapita Daksha. Ainsi Virabhadra est toujours représenté brandissant une épée dans une main et portant la tête coupée de Daksha dans l’autre.

Les dieux supplièrent Shiva de se calmer, et Shiva qui est connu pour être prompt à la colère mais également aisément apaisé, se calma et redonna vie à Daksha en lui offrant une nouvelle tête – celle d’une chèvre, afin qu’il se rende compte que le comportement territorial et la possessivité sont des qualités qu’il vaut mieux laisser aux animaux.

Instructions de base pour les débutants

  1. Tenez-vous debout en Tāḍāsana
  2. Sautez et écartez les jambes en Utthita Hasta Pādāsana, étendez les bras-poignets-doigts sur les côtés au niveau des épaules, soulevez la taille et la poitrine des aisselles, en gardant le coccyx tiré vers le bas et rentré
  3. Tournez légèrement le pied gauche vers l’intérieur et l’aine-cuisse-genou-tibia-cheville et le pied droit vers l’extérieur, le tout en synchronisation, en Pārśva Hasta Pādāsana
  4. Pressez le bord extérieur du pied gauche sur le sol – Expirez pour vous asseoir avec l’ischion droit (la flexion de la jambe est une conséquence de cette action)
  5. Faire un angle droit avec la jambe droite
  6. Tournez la tête et regardez avec l’œil gauche au-delà de la main droite
  7. Pour revenir : redressez la jambe droite et revenez à Pārśva Hasta Pādāsana. Puis à Utthita Hasta Pādāsana.
    Sautez les pieds ensemble et revenez en Tāḍāsana

Corrections – Points d’inconscience habituels (par ordre d’importance)

  • Pressez le bord extérieur du pied arrière tout en fléchissant la jambe étendue latéralement. Geetaji dit dans le cours préliminaire : “Apprenez à plier la jambe en carré contre la jambe tendue, sans laisser le tronc se pencher vers la jambe pliée. Apprenez à coordonner ces deux actions opposées.”
  • Ne pas tirer ou pousser le genou avant ou au-delà de la cheville
  • Changez l’écart entre les pieds pour stabiliser et aligner la jambe pliée/carrée
  • Ne pas pencher le tronc vers la jambe pliée. La couronne de la tête et le coccyx doivent être alignés. Geetaji dit dans Yoga a Gem for Women : « La bouche anale et le sommet de la tête restent alignés. »
  • Ne laissez pas la jambe arrière s’affaisser
  • Pour la jambe pliée, étendez de l’aine interne à l’intérieur du genou et contractez du genou externe à la hanche externe
  • Chair des fesses vers le bas (ce qui permet d’ancrer le coccyx et d’allonger la colonne lombaire) et levez du pubis jusqu’au nombril
  • Pour la jambe arrière, le haut de la cuisse doit reculer sans provoquer une hyperextension du genou.

Variations pour apprendre Vīrabhadrāsana II (liste non-exhaustive)

  • Pied arrière contre le mur et bout des doigts du bras arrière contre le mur (y compris le pouce)
  • Face au mur
  • Dos au mur (également avec une brique entre le genou plié et le mur pour appuyer le genou contre la brique)
  • Jambe avant en angle de 90 degrés autour du siège de la chaise
  • Le dossier de la chaise vers l’arrière ou l’avant, pour s’appuyer et aider à soulever la colonne vertébrale
  • Ceinture autour du pied arrière, tenue par la main arrière
  • Genou avant (jambe pliée) au mur contre une brique
  • Têtes des orteils du pied avant soulevés sur une brique
  • Pied arrière soulevé sur une brique contre le mur
  • Ceinture entre le pied de la jambe arrière et la cheville de la jambe avant, créant une traction et une synergie entre les deux jambes

Précautions

  • Lors de l’apprentissage de la posture, il est difficile de s’occuper des jambes et des bras en même temps. Par conséquent, faites d’abord les mouvements des jambes de chaque côté en gardant les mains sur la taille – puis répétez avec les bras écartés.
  • Ceux qui souffrent de maux de dos, de hernie discale, de sciatique et de lumbago ne doivent pas sauter dans les asanas debout. Cela s’applique également aux femmes enceintes ou qui ont leurs règles. Mettez le pied arrière contre le mur.
  • La connaissance de soi est impérative dans la pratique du yoga. Par conséquent, si vous avez du mal en raison de votre morphologie, de votre âge ou d’autres raisons dues à votre situation actuelle (quelle qu’en soit la cause), à ​​faire une posture, utilisez le support d’un mur de la manière suivante :
    1. Pied arrière contre le mur
    2. Dos face au mur
    3. Poitrine face au mur. Le mur offre stabilité, confiance et révèle un manque d’alignement.

Ceux qui se sentent faibles et épuisés par les postures debout peuvent pratiquer une myriade d’autres poses qui ne nécessitent pas de porter leur poids et qui sont de nature réparatrice.

Même les femmes enceintes peuvent faire ces postures. Cependant Vīrabhadrāsana II est à éviter pendant le 1er Trimestre de la grossesse.

Les femmes menstruées doivent éviter les mouvements de saut.

En cas de douleur(s) au(x) genou(x) :

  • Commencez par observer l’alignement des genoux et des jambes. Revenez au point juste avant la sensation de douleur. Observez et demandez-vous : quel muscle puis-je relâcher ou étendre et quel muscle dois-je contracter ? Expérimentez et explorez. Voyez si la douleur s’est transformée en une révélation, puis reprenez la pose. Si la douleur persiste, parlez-en à votre professeur.

En cas de mal de dos :

  • Commencez par demander à quelqu’un d’observer l’alignement de votre dos. Votre colonne vertébrale est-elle centrée ? Votre coccyx est-il ancré par la chair des fesses, créant de la longueur dans la colonne lombaire ? Maintenez la longueur et l’espace dans le bas du dos.
  • Gardez le talon de la jambe arrière sur le mur pour avoir un soutien – cela aide à stabiliser la pose et à maintenir l’alignement.
  • Faites appel à l’action des jambes indiquée en cas de douleur(s) au(x) genou(x). Les jambes dans les poses debout doivent être et rester absolument dynamiques et actives. Sinon, d’autres parties telles que le genou et le dos prennent la charge.

En cas de douleur à l’épaule :

  • En étirant les bras sur les côtés au niveau des épaules, les gens se plaignent parfois que les épaules sont raides ou même douloureuses. Cela demande une compréhension du fonctionnement des épaules. Essayez de vous étirer des clavicules aux pouces et des trapèzes aux petits doigts, un à la fois, puis simultanément. Éloignez les omoplates des oreilles. Cela crée un espace entre les épaules et le cou.

En cas de douleur au niveau des hanches :

  • Commencez par demander à quelqu’un d’observer l’alignement de vos hanches
  • Effectuez les actions des jambes comme indiqué en cas de douleur au genou.

Effets généraux des postures debout

  • La maîtrise des postures debout prépare l’élève aux postures avancées en flexion vers l’avant (forward bending), qui peuvent ensuite être acquises facilement.
  • Vous prenez conscience de vos jambes, en particulier de leurs bords intérieurs et extérieurs, ainsi que de l’avant et de l’arrière des jambes.
  • Vous ressentez pour la première fois l’énergie de la jambe ascendante.
  • Les bras écartés sur le côté ouvrent les muscles intercostaux de la poitrine qui se trouvent entre chacune des côtes.
  • Vous apprenez à travailler la colonne vertébrale et le corps organique depuis l’intérieur. Cela développe la poitrine.
  • À travers les jambes, vous atteignez les régions lombaire, sacrum et abdominale.
  • Soulage les maux de dos, les entorses au cou, réduit la graisse autour de la taille, des hanches et des cuisses, réduit l’acidité, libère les gaz, élimine les sensations de lourdeur et de ballonnement dans l’estomac.
  • La paresse des organes vitaux du corps disparait et ces organes sont stimulés et activés.
  • Posture bénéfique pour les femmes car elle améliore le fonctionnement du système reproducteur, en prévenant le dysfonctionnement des ovaires et en renforçant l’utérus.